mai 17, 2019

Parmi les destinations touristiques les plus appréciées au monde, la France occupe une place de choix. C’est donc sans surprise qu’elle est la seconde destination mondiale du tourisme à véloaprès l’Allemagne. Cette filière du tourisme est d’ailleurs l’une des plus dynamiques aujourd’hui en France. Présentant donc un important investissement, le tourisme à vélo requiert une attention particulière des autorités et des acteurs du secteur. C’est dans ce sens que l’offre a considérablement augmenté ainsi que les retombées économiques.

Le tourisme à vélo : une offre qui ne cesse de grandir 

En 2016, le tourisme à vélo représentait en France près de 9 millions de séjours composés de 25 % de touristes étrangers. Les Français sont donc également friands de tourisme à vélo et pratique soit du vélo soit du VTT. Cette même année, le chiffre d’affaires correspondant à cette filière était estimé à 2 milliards d’euros. C’est donc sans dire que la filière est en plein essor et exige plus d’engagements de la part de tous les acteurs.

Afin de toujours favoriser l’accueil des touristes à vélo, plus de vélos routes, de voies vertes et d’itinéraires phares ont été aménagés. On est ainsi passé de 13 600 km à 22 000 km de véloroutes et voies vertes. Avec la croissance de ce schéma national, la France devrait assoir sa place dans la filière. De plus, il faut ajouter que ce schéma est connu pour être de qualité, bien balisé et accessoirement accompagné de petites routes locales en bon état, bien que peu fréquenté.

Ce succès économique est également dû aux acteurs de la filière que sont les hébergeurs, les loueurs et les réparateurs de vélo, les restaurants, les sites de visites et de loisirs, les offices de tourisme, etc. Ces derniers disposent de la marque nationale « Accueil vélo » présente dans 69 départements et disponible depuis 2012. À cela, il faut aussi ajouter les tour-opérateurs qui offrent de plus en plus de services de cyclotourisme. Avec le développement de l’offre, on note une forte augmentation des retombées économiques.

 

Le cyclotourisme et ses retombées économiques

Au vu des améliorations opérées dans le secteur du cyclotourisme, une visite des chiffres sur les grands itinéraires, révèle qu’en 2017, la Loire à vélo a ramené 29,3 millions d’euros pour un parcours atteignant les 900 km. 17,7 millions d’euros pour la Bretagne, 14,4 et 6,9 millions d’euros pour le Tour de Bourgogne et l’Alsace à vélo respectivement. Au kilomètre et par an, on retient que la filière produit près de 30 000 euros dans la Loire à vélo contre 24 000 euros dans l’Alsace à Vélo, 23 000 euros pour le Tour de Bourgogne et 16 700 euros en Bretagne.

Ces retombées économiques s’expliquent aussi par le fait que le vélo est désormais un moyen de transport tendance, écologique et connecté aux applications et systèmes GPS. À travers ce guide on remarque la France possède un talent immense encore à exploiter dans la filière du cyclotourisme. À ces retombées, on peut ajouter celles des évènements sportifs en relation avec le vélo, dont le Tour de France. En 2016, le Tour a rapporté près de 4 500 visiteurs, dont 2 000 représentants des médias. C’est dire tout le potentiel que cette filière offre.


Le bon plan

Guide des tailles
LA PRÉ-COMMANDE EST OUVERTE !

Liquid error: Could not find asset snippets/spurit_uev-theme-snippet.liquid