L’impact de la crise sanitaire de la COVID sur les micro mobilités en France

L’impact de la crise sanitaire de la COVID sur les micro mobilités en France

Tout ce qu’il faut savoir sur les effets négatifs et positifs de la COVID sur la mobilité urbaine


La mobilité urbaine se définit par l'ensemble des déplacements de personnes relatifs à des activités quotidiennes liées au travail, aux achats et aux loisirs, inscrits dans un espace urbain. Celle-ci augmente d’année en année et se modifie sans cesse. La population utilise de nouveaux moyens de transport et apprend à connaître son environnement urbain. Depuis 2019, la micro-mobilité a connu un boom sans précédent du fait de la pandémie de la Covid 19. Ces changements sont arrivés avec des points positifs mais aussi négatifs comme les accidents. Dans cet article vous retrouverez tout ce qu’il faut savoir sur les points clés de la mobilité. 



Augmentation du volume des micro mobilités comme le vélo du fait de la crise sanitaire 


Depuis l’apparition de cette crise sanitaire, la pratique du vélo a augmenté de 50 % dans les grandes villes par rapport à l’année 2019. Après le confinement, la population s’est mise a reprendre l’usage de vélo, une augmentation de 87% des personnes sur les voies cyclables par rapport au début de l’année 2020. L’augmentation n’a pas lieu seulement en ville comme on pourrait le croire mais aussi à la campagne selon Vélo et territoires qui a réalisé une étude sur un échantillon de 182 personnes en France. Les spécialistes remarquent que les utilisateurs de cycle sur les pistes en milieu urbain, périurbain et rural ont augmenté de 28% selon vélo et territoires. Les cyclistes préfèrent rouler les samedis et les dimanches, ce qui est plus agréable. 

 

Les micro mobilités augmentent de plus en plus ainsi que le volume d’accidents. 


Durant la crise, le marché de la mobilité urbaine a explosé. La population a commencé à se mettre au vélo, à la trottinette électrique etc...Mais ce changement a aussi engendré plus d’accidents. Depuis le déconfinement, les experts enregistrent sur les pistes cyclables une augmentation de 30% des accidents de vélo ou cyclistes ou piétons renversés par un vélo selon France Bleu Ile-de-France. Dû à un nombre de cyclistes sur les pistes cyclables multiplié par 3, l’année 2020 a connu de nombreux accidents de vélos. Une augmentation entre juin et août de 60% de blessés à vélo par rapport à l’année 2019. “ La communication de la Sécurité routière rappelle certaines règles à respecter : "À vélo, les règles les plus simples ne sont pas toujours respectées comme s'arrêter au feu rouge, indiquer le changement de direction, rouler sans casque audio". Ces infractions sont passibles d'amendes de 11 à 135 euros.”


L’augmentation de la mobilité urbaine engendre aussi la rupture de stock de certains équipements de vélos.


À cause de la covid 19 et de ses restrictions sanitaires, le vélo est devenu le nouveau moyen de transport à avoir, pratique et rapide. Les équipements de vélo ainsi que les vélos sont tous en rupture de stock depuis plusieurs mois maintenant et la fermeture des usines n’aide pas le réassort bien au contraire…Les commerçants se retrouvent avec de nombreuses commandes et aucun matériel vélo. Cette pénurie était inattendue par les fabricants de pièces détachées ou de vélos, c’est pour cela qu’ils se retrouvent maintenant avec une hausse de la demande et rien à livrer à leurs clients. “ L’enseigne Intersport annonce 4 000 vélos vendus par jour. C’est 2,5 fois plus que l’année précédente pour la même période, et même 3,5 fois de plus pour les VTT. Modèles adultes et enfants, tout part. Decathlon reste discret sur ses chiffres, mais l’enseigne reconnaît un réassort à flux tendu.” Les spécialistes notent une hausse des ventes ( cycles et accessoires) de 114%, c’est largement plus comparé à l’année 2019 d’après l’Union sport et cycle.



Cette fulgurante ascension des micro mobilités a notamment entraîné des côtés positifs pour l’environnement. 


En 2020, on peut noter une légère diminution au niveau de la courbe prévisionnelle des émissions de CO2 de 7% d’après le bilan Global Carbon project. Les experts disent que c’est la première fois en 30 ans que les émissions globales ont baissé. Du fait des mesures sanitaires restrictives telles que le confinement ou encore le couvre feu, la population a préféré privilégier les moyens de transports plus sains et pratiques pour non seulement éviter la propagation du virus mais aussi pouvoir gagner du temps en journée. D’après les analyses :  “ C’est 15,2% d’émissions en moins pour ce secteur par rapport à 2019 soit une diminution de près de 930 millions de tonnes de CO2.”

Le trafic est devenu plus vert et plus respectueux de l’environnement mais ce n'est qu'un petit pas vers de grands changements. Choisir le vélo c’est choisir un moyen de transport avec 0% d’émissions de CO2, ce moyen de transport comme la trottinette traditionnelle ou encore les rollers par exemple sont des moyens de transport qui peuvent diminuer de manière continue l’impact environnemental. 



La covid 19, les micro mobilités, continuer d’utiliser le vélo après l’épidémie : des initiatives françaises pour encourager les cyclistes et les futurs cyclistes. 


Durant cette crise, de nombreuses initiatives se sont mises en place pour pouvoir faciliter les gens à la pratique du deux roues et de les motiver à vouloir en faire constamment. Certaines existaient déjà même avant la situation de covid mais d’autres sont apparues bien après pour notre plus grand bonheur. Tout d’abord il y a les aides à l’achat proposées par les collectivités et le gouvernement, pour en savoir plus n’hésitez pas à consulter notre article sur les primes à l’achat de vélo juste ici. 

Ensuite nous avons “le coup de pouce vélo à 50€ “ dans le but de remettre en état votre vélo, il faut savoir que pendant le confinement, de nombreux vélos ont été réparés afin de pouvoir les réutiliser pour le quotidien ou encore le vélo-taf ( plus de 700 000 vélos à peu près). Cette initiative a participé à la forte demande d’accessoires de vélos. Par la suite, nous avons Decathlon qui depuis le mois de mai propose “ Decathlon Rent ” un service de location de vélos à Paris et Lyon, avec des abonnements compris entre 15 euros et 75 euros par mois. À Strasbourg qui est la 1 ère ville cyclable de France, un service de location à été installé en “libre service” l'initiative Vélhop qui est un service de location propose plusieurs choix de location à courte ou longue durée avec de nombreux choix de vélos ( enfant, électrique, classique) à disposition dans la boutique ou sur leurs espaces “libre service”.  Pour finir, il existe le label Accueil Vélo qui permet aux cyclotouristes de repérer facilement les établissements et les lieux adaptés à la pratique du tourisme à vélo. Ce label est une marque nationale qui s’allient avec des prestataires qui possèdent des itinéraires cyclables et touristiques. 


En résumé 


Durant cette crise sanitaire, la population et le monde ont pu constater un boom énorme au niveau du secteur des micromobilité surtout dans le secteur du vélo. Le cycle joue un rôle important pour la mobilité urbaine et durable et pour les autres modèles de transports urbains car il est pratique et ne pollue pas. Cependant il faut trouver plus d'initiatives pour pousser les personnes à rouler à vélo de façon constante et de ce fait avoir un réel impact sur l’environnement. 




Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés